Exemple de backlog et utilisation de la valeur métier

Pour illustrer la mise en place d’un backlog et de l’ algorithme de valeur métier rien de tel qu’un exemple pratique. A l’instar des « coding dojos », le principe du projet SudokuGame est de mettre  en œuvre certains principes dans un projet sans enjeu industriel. Le backlog complet après 6 itérations est disponible ici.

Définition des utilisateurs

On ne considère qu’un seul utilisateur : le joueur qui fait une partie de sudoku. Il joue pour son loisir mais essaye de s’améliorer. Il peut faire une partie sur plusieurs jours.

Écriture des « epics »

Les « epics » sont définis en terme de lot de fonctionnalités. Pour les définir on se pose les questions suivantes : Quels groupes de fonctionnalités l’utilisateur est il prêt à essayer ? Quels sont les lots qu’il est prêt à payer ? Si on retire une fonctionnalité, l' »epic » intéresse-t-il toujours l’utilisateur ?

Définition de l’algorithme de valeur métier

L’algorithme qui a été mis en place est le suivant :

Valeur epic = Nécessité + Satisfaction utilisateur

Les deux grandeurs sont estimées par deux entiers.

Répartition de la valeur métier sur les user-sory

  • La valeur de chaque epic est répartie équitablement sur chaque user story qui le compose
  • Ensuite la valeur de chaque US est pondérée par l’estimation de l’effort (colonne valeur / cout).
  • On essaye de fixer les priorités en fonction de cette valeur.

Petite rétrospective

  • La valeur métier comme indicateur : lorsque l’on ne veut pas suivre l’algorithme c’est peut être qu’il y a un problème de découpage. Par exemple en début de projet il n’y avait qu’un seul epic « confort de jeu », dès la deuxième itération on se rend compte qu’il y a des fonctions de confort qui son indispensable pour l’utilisateur. L’épique est alors divisé en deux avec une nouvelle répartition de la valeur.
  • Pas facile d’être PO. Sur un projet simple, même lorsque le PO est lui même l’utilisateur final, on arrive pas forcément à fixer les priorités au début du projet. (La sauvegarde de la partie en cours était tout en bas dans les priorités mais est très vite devenue indispensable après quelques démos). Vive l’itératif !
  • Le problème de cet algorithme est qu’il repose uniquement sur des grandeurs arbitraires difficiles à pondérer.
Références:
User stories applied – Mike Cohn
http://www.xp.be/businessvaluegame/