Mix-IT 2012 – décantation

Jeudi 26 avril dernier se sont déroulées les conférences Mix-IT 2012 organisées par le CARA et le JUG de Lyon. Voici un échantillon de ce que j’ai pu y glaner.

Open key note :

Belle entrée en matière par Claire Blondel. Sa présentation sur l’éducation positive, nous pose pleins de questions sur notre éducation « à la française », la peur de l’échec et entrepreneuriat.
Claire part du constat que toute notre éducation est centrée sur le fait qu’il est interdit de se tromper. Outre la pression générée, la « non éducation à l’erreur » nous laisse peu autonome face à l’échec. Et pourtant, tout le monde s’accorde sur le fait que l’échec permet d’avancer.
Quelques citations :

  • « Je suis fatiguée d’avoir peur de me tromper »
  • « En France on a l’adulte en fin de chaîne qui vérifie si le travail est bon. »
  • « Interdire l’erreur c’est se condamner à l’immobilité »

L’expérience des billes rouges :

En première session, j’ai choisi d’assister à l’expérience des billes rouges présentée par Alexis Montville. Un jeu de rôle restitue le pilotage d’un projet par les indicateurs : le nombre de billes rouges dans un tirage au sort. Alexis joue le rôle du directeur d’agence, nomme un chef de projet, embauche 3 développeurs et deux auditeurs qualité. Le débriefing qui s’en suit est intéressant :

  • L’analogie entre les billes rouges et les anomalies en informatique est toute trouvée
  • Le projet est piloté par des indicateurs qui sont indépendant de la performance du travail fourni. On fait dire n’importe quoi à l’indicateur : « regardez : en mettant la pression on obtient plus de résultat! » … Sur un tirage au sort ?
  • En tant qu’employé on voudrait se servir de l’entretien de fin d’année pour progresser. Mais un entretien par an est ridicule comme boucle de feedback. Une phrase à ce propos : « L’entretien individuel est l’effet tunnel du management traditionnel« 

Les échanges en fin de session étaient intéressants, dommage qu’on ai pas eu le temps de détailler les points de W.E. Deming.

Lean startup, l’entreprenariat agile :

 Je suis ensuite allé voir la session de Emmanuel Levi-Valensi de la société PIA. « L’approche lean startup est une méthode rigoureuse pour augmenter le succès des stratups ». Emmanuel nous propose sa lecture du livre d’Eric Ries, qui incite à appliquer le (Plan, Do, Check, Act) du lean :

  • Se concentrer sur la satisfaction client
  • Etre une entreprise innovante
  • Aller voir avec ses yeux
  • Accepter de se montrer

Les concepts de pivot, de Business Canvas Model de MVP sont abordés. Tout un paragraphe est consacrés au biais cognitifs notamment le fait qu’il est plus difficile de se remettre en question quand on a pris la parole en publique.

Une remarque sur l’écoute active : lorsqu’on présente le produit, il est difficile d’être attentif à la petite phrase ou à l’attitude de 15 secondes qui va nous dire beaucoup sur le ressenti utilisateur. Ça me rappelle certaines démos SCRUM, où l’équipe identifie au préalable le démonstrateur et le rapporteur responsable de collecter un max de feedback.

Sky Castle Game :

L’après midi j’ai participé au Sky Castle Game. Animé par ses majestés : Fabrice Aimetti, Antoine Vernois et Philippe Launay. Inspirés des XP games, le jeu modélise la vie d’un projet. Le cadencement est assuré par un gong (très bruyant 🙂 ) et on essaye de maîtriser le flux de production… pas facile :

  • l’auto organisation sans facilitateur
  • de conserver une vision d’ensemble : on se retrouve avec le toit de la tour construite avant les murs.
  • de prendre une décision face à un goulot d’étranglement.

Tests automatiques les mythe du ROI :

J’ai fini ma journée sur une session de grande qualité. Gilles Mantel nous livre une autre approche pour estimer les gains des tests automatiques : l’utilisation du mécanisme des options en bourses pour estimer la non qualité.

L’approche est vraiment pertinente et il n’hésite pas à renverser la pyramide des tests dans le cadre de projet en cycle en V. J’ai trouvé la courbe de Scott Ambler sur le coût des non conformité intéressante. J’ai bien aimé aussi la pique sur l’outil Selenium : le seul élément chimique qui dissout le Mercure. 🙂

Quelques sessions que j’ai ratées :

Comme on ne peut pas tout voir, je suis un peu déçu de ne pas avoir pu assister (entre autres) aux sessions suivantes :

  • Lighting talk (plusieurs présentations de 5 minutes). Heureusement j’ai pu voir certaines vidéos dont celle de Jean-Baptiste Dusseaut : La voie du programmeur. Le contenu est super et les slides avec Prezi ca jette!
  • Utilisateur, mon amour, ma migraine de Sophie Freiermuth. Mais où trouve-t-on la vidéo ??? 🙂

Super journée, merci aux organisateurs et aux intervenants de rendre possible un séminaire de cette qualité.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *