Un atelier “spécification par l’exemple”

Suite aux 2 jours de formation “Specs by example” avec Gojko Adzic, il était dur de continuer à écrire des documents qui deviendront vite obsolètes. Après 2 itérations pilotées par les exemples dans l’outil Fitnesse, il était nécessaire que le fonctionnel et le développement se regroupent pour partager autour de ces nouvelles pratiques.

Nous nous sommes donc réunis pour un atelier de 2-3 heures dont voici l’agenda :

  • Introduction et objectifs (5 min)
  • Perfection game (50 min)
  • Débriefing (1 h)
  • Phoenix game (20 min)
  • Tour de table (20 min)

Perfection game

Après avoir précisé les objectifs (trouver des bonnes pratiques pour bien écrire ses exemples), nous avons formé 3 groupes. Chacun dispose d’une version papier de la 20aine d’exemples rédigés au cours des 2 itérations. Le principe du perfection game  a été appliqué sur chaque exemple :

  • Identifier ce qui est bien fait
  • Identifier ce qui n’est  pas bien fait
  • Proposer des axes d’amélioration

Chaque exemple démarre avec une note de 10. On enlève 1 point par sujet d’amélioration. Chaque point est noté sur un post-it.

L’objectif n’est pas de donner une note à chaque fiche mais d’en parcourir un certain nombre pour pouvoir débattre ensuite de ce qu’apporte tel parti pris par rapport à tel autre.

Débriefing

Pour la mise en commun, on coupe le tableau en deux, chaque groupe vient coller ses post-its bon point et point d’amélioration. Parfois il y a divergence : certains groupes ont identifié une pratique à garder alors que d’autres veulent la bannir. Il faut profiter de ces divergences pour bien confronter les deux points de vue. Parfois on ne parle tout simplement pas de la même chose, parfois c’est qu’il y a une troisième voie à trouver.

Phoenix game

Le principe est de choisir l’exemple qui a eu la moins bonne note au perfection game et de le faire renaître de ses cendres en le réécrivant le mieux possible. Pour faire cela, on  reforme les groupes en prenant bien soin de mélanger les personnes. Chaque groupe a un paper board et réécrit sa version idéale de la fonctionnalité. 20 minutes plus tard, on lève les crayons et chaque groupe explique aux autres sa production.

Comme pour le perfection game, le but n’est pas d’aller au bout du travail de réécriture. L’important est d’identifier les parti-pris qui sont communs à tous ainsi que les idées qui sont propres à chacun.

Tour de table

On clôt la séance par un tour de table où chacun donne son “conseil” pour bien écrire une spécification par l’exemple.

Cet atelier a été vraiment bénéfique :

  • De véritables consensus  ont été trouvés
  • Le développement et le fonctionnel ont communiqué et partagé leurs points de vue
  • Les axes d’amélioration ont été trouvés collectivement.
  • Tout le monde s’est exprimé

Le format de cette session est fortement inspiré de l’approche pédagogique que Gojko Adzic utilise lors de sa formation. Je conseil vivement cette formation à tous ceux que le sujet intéresse.

Donner un axe d’amélioration

This entry was posted in exemples, retours d'expérience and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Un atelier “spécification par l’exemple”

  1. Pingback: Liens informatiques du mois – janvier 2013 | Gestion de projet et développement informatique

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *